Crea sito

DIEUCHE o DIEUCO (IV - III sec. a.C.)

DIEUCHE

Dieuche o Dieuco (in greco: Διεύχους) (medico greco, IV-III sec. a.C.).
Le sue opere sono andate tutte perse. Le poche notizie che si hanno di lui scaturiscono dalla lettura di alcuni frammenti di autori latini e bizantini, tra i quali Plinio il Vecchio ed Oribasio.
Sulla base di quanto riportato nella Naturalis Historia e dall’analisi della terapeutica delle erbe, è possibile collocare la sua figura nel periodo compreso tra il IV ed il III secolo a.C., poco dopo Cleofanto di Ceo, Filistione di Locri e Crisippo di Cnido, vale a dire successivamente al fiorire della scuola ippocratica, allorché cominciarono ad essere oggetto di studio più approfondito le proprietà medicinali delle piante.
Successivamente – tra il II ed il I sec. a.C. - il botanico e farmacologo greco Krateua (Κρατεύας ὁ Ῥιζότομος , Krateuas o Rizotomos ovvero “il “tagliatore di radici”), col suo “Rhizotomikon”, avrebbe effettuato una classificazione definitiva delle piante e delle loro proprietà curative.
Sue citazioni le troviamo in Plinio il Vecchio, Naturalis Historia, al Libro XX (medicinae ex iis quae in hortis seruntur.), che riportiamo qui nella traduzione di M. Lodovico Domenichi [C. PLINIUS SECUNDI. HISTORIAE MUNDI. LIBRI XXXVII. VOLUMEN SECUNDUM. Venetiis Excudit Joseph Antonelli...M.DCCC.XLIV – (Anno 1844)]:
“LIB.XX:
(STAPHILINO, SIVE PASTINACA ERRATICA, XXII = DELLO STAFILINO, O PASTINACA ERRATICA, 22.)
XV, ...
31. radicem eius Dieuches contra iocineris aut lienis ac lumborum et renium vitia ex aqua mulsa dari iubet, Cleophantus et dysintericis veteribus. Philistio in lacte coquit et ad stranguriam dat radicis uncias quattuor, ex aqua hydropicis, similiter et opisthotonicis et pleuriticis et comitialibus. habentes eam feriri a serpentibus negantur aut, qui ante gustaverint, non laedi; percussis inponitur cum axungia. folia contra cruditates manduntur.
XV, ...
31. Dieuche vuole che la radice sua si dia con acqua melata contra i difetti del fegato, della milza, de’ lombi, e delle reni. Cleofanto dice che giova ancora al male de’ pondi. Filistione la cuoce nel latte, e contra gli stranguglioni, cioè serratura di gola, dà oncie quattro della radice; e nell’acqua a’ ritruopichi, e a quegli che non possono piegare o voltare il capo, per la pelle o nervi del capo di dietro che son ritirati; non che a quegli che hanno dolore di fianco, o che patiscono male caduco. Chi ha questa addosso, dicono che non è morso dalle serpi, o chi prima n’avrà gustato, non sarà offeso da esse. A’ percossi si mette su con la sugna. Le foglie sue son buone a mangiarle contra la indigestione.
(BRASSICA, LXXXVII, CATONIS PLACITA = DEL CAVOLO, 87. OPINIONI DI CATONE.)
XXXIII, 78. Brassicae laudes longum est exsequi, cum et Chrysippus medicus privatim volumen ei dicaverit per singula membra hominis digestum et Dieuches, ante omnes autem Pythagoras, et Cato non parcius celebraverit, cuius sententiam vel eo diligentius persequi par est, ut noscatur, qua medicina usus sit annis DC populus Romanus.
XXXIII, 78. Lungo sarebbe a volere raccontare le lodi del cavolo; perciocché Crisippo medico ne scrisse un volume, distinto secondo tutti i membri dell’uomo, e ancora Dieuche; ma Pitagora e Catone le celebrarono più che gli altri. Io racconterò più diligentemente la opinione di Catone acciocché si conosca qual fosse l’uso della medicina fra i Romani già sei cento anni.
E ancora:
(UBI OPTIMUM, ET RELIQUAE MEDICINAE EX EO = DOVE SI TROVI IL MIGLIORE, E DELLE ALTRE MEDICINE CHE SI FANNO DI ESSO.)
LXXIII, ...
191: Dieuches et ad lumborum dolores suco usus est, semen hydropicis et coeliacis dedit tritum cum menta, Euenor radicem et ad renes. Dalion herbarius parturientibus ex eo cataplasma inposuit cum apio, item vulvarum dolori deditque bibendum cum aneto parturientibus. phreneticis quoque inlinunt vel recens cum polenta; sic et infantibus comitiale vitium aut contractiones sentientibus.
LXXIII, ...
191: Dieuche ne usò il sugo alle doglie de’ lombi; e il seme diede a’ ritruopichi, e a quegli che hanno lo stomaco debole, trito con la menta. Evenore ne usò la radice pel male delle reni. Dalione erbario ne fece empiastro con appio alle donne che partoriscono, e a’ dolori delle matrici, e diedelo anche bere con lo aneto alle donne di parto. Ancora fresco lo impiastrò con la polenta ai frenetichi; e ai fanciulli (leggi errata: faucinlli), che abbiano il male caduco, o rattrappino.”

 ESCAPE='HTML'

Oribasio di Pergamo lo cita nel testo sugli alimenti – Libro IV (ΟΡΕΙΒΑΣΙΟΥ ΙΑΤΡΙΚΩΝ ΣΥΝΑΓΩΓΩΝ), tradotto in lingua latina nel XXI Veterum et Clarorum Medicorum graecorum Varia opuscula. Primo Nunc Impensis... (ex Oribasio Codice Mosquensi) Mosquae : Litteris Caesareae Universitatis, 1808, di cui riportiamo qui il testo in lingua greca (con a fianco l'originaria traduzione latina ed a seguire la trascrizione della relativa traduzione in lingua francese):

ex Dieuche, de conficiendis panibus. Cap. 5.

 ESCAPE='HTML'
 ESCAPE='HTML'
 ESCAPE='HTML'

“ε.'   Ἄρτων σκευασίαι, ἐκ τῶν Διεύχους.
1.  Ἄαρτον δεῖ σκευάζειν ἀλεύρινον ἐκ πυροῦ, ὡς ἀκολλοτάτου καὶ κούφως ὑπεζυμωμένου γλυκείᾳ ζύμῃ, ὡς ἐκ στερεωτάτου τοῦ σταιτός· δεῖ δὲ πλείονα χρόνον τρίβεσθαι. 2. Ἡ δ' ὄπτησις ἡ ἐπὶ τοῦ ἰπνίου μοι φαίνεται ἀσφαλεστέρα τῆς ἐν τῷ κριβάνῳ, ἔτι δὲ μᾶλλον ἡ ἐν τῷ ἄμητι· μαλακή τε γὰρ καὶ πλείω χρόνον ἡ ὄπτησις γίνεται, πρόσκαυσίς τε ἀπὸ τοῦ πυρὸς τῷ ὀπτωμένῳ οὐ ῥᾳδίως συμβαίνει παρὰ τὸ ἐκτὸς τὴν ὑπόκαυσιν εἶναι. 3. Ὁ δ' ἐν τῷ κριβάνῳ ἄρτος ξηρότερος μὲν τοῦ ἐν τῷ ἰπνίῳ καὶ εὐστομώτερος, οὐκ ἀσφαλὴς δ' ἡ ὄπτησις, ἀλλὰ ταχὺ τὰ ἐκτὸς ἐπικαίεται, ὥστε τὰ ἐντὸς ὠμὰ εἶναι. 4. Ὁ δ' ἐγκρυφίας ξηρότατος τῶν ἄρτων ἐστίν· ἔτι δὲ τούτου ἐργωδεστέρα ἡ ὄπτησις τῆς ἐν τῷ κριβάνῳ· δεῖ δ' ἀνθρακιάν τε εἶναι πολλὴν, καὶ ἐπὶ τῆς ἀνθρακιᾶς τέφραν ἱκανὴν ἐπεῖναι. 5. Τὸ δὲ σταὶς βέλτιον μὲν ἂν εἴη τὸ ἀλεύρινον καὶ μὴ ἐκ σεμιδάλεως γεγενημένον, καὶ τετριμμένον ἱκανῶς, καὶ τὴν μαλακότητα πλείω δεῖ ἔχειν ἢ [ τὸν] ἐν τῷ κριβάνῳ ἄρτον· εἶτα ἐπιτιθέντα ἐπὶ τὴν τέφραν τὴν ἐπὶ τοῦ πυρός, κατακαλύψαι ἄνωθεν τὸ σταὶς ἄλλῃ τέφρᾳ, εἶθ' οὕτως τὴν ἀνθρακιὰν ἐπιβάλλειν ὡς πλείστην, καὶ μάλιστα ἄνωθεν ἐπικαίειν καθ' ὃν ὀπτᾶται τόπον. 6. Οὗτος ὁ ἄρτος ξηρότατος πάντων ἐστίν· εἴη δ' ἂν χρησιμώτατος πρὸς τὰς κοιλίας τὰς ὑγράς τε καὶ ἀπεπτούσας, καὶ ὅσαι φλέγμα ἔχουσι πολύ.”
“5. DE LA PRÉPARATION DU PAIN
(Tiré de Dieuchès.)
(ovvero: ex Dieuche, de conficiendis panibus. Cap. 5.)
1. Il faut faire le pain avec l'espèce de froment à farine légère; elle doit être aussi peu glutineuse que possible, et très légèrement fermentée avec de la levure douce, de façon que la pâte soit très solide ; on la triturera pendant longtemps. 2. La cuisson opérée dans un four chauffé par le bas me semble mieux assurée que celle opérée dans un four chauffé de tous les côtés, et celle dans la tourtière l'est encore plus, car elle est douce et prolongée, et le pain n'est guère exposé à être brûlé par le feu, pendant qu'on le cuit, parce que l'action du feu est au dehors. 3. Le pain cuit dans le four chauffé de tous côtés est plus sec et plus agréable à manger que celui qu'on cuit dans le four chauffé par le bas, mais ce mode de cuisson n'est pas sûr, parce qu'il peut arriver que la partie extérieure étant vite brûlée, l'intérieure reste crue. 4. Le pain cuit sous la cendre est le plus sec de tous les pains, mais ce mode de cuisson a encore plus d'inconvénients que le four chauffé de tous côtés; il faut qu'on ait beaucoup de charbons ardents, et que sur ces charbons il y ait une quantité considérable de cendres. 5. La meilleure pâte est celle qu'on fait avec l'espèce légère de farine et non avec de la sémidale; il convient qu'elle soit suffisamment triturée et qu'elle soit plus molle que celle dont on fait le pain cuit dans le four chauffé de tous côtés; ensuite on mettra la pâte sur la cendre placée sur le feu, on la couvrira d'une nouvelle quantité de cendres, puis on jettera dessus autant de charbons ardents que possible, et, pendant qu'on cuit le pain on fera principalement agir le feu en dessus. 6. Ce pain est le plus sec de tous; il peut être très utile, quand le ventre est relâché, que la digestion languit, ou qu'il y a beaucoup de pituite dans les intestins.”.

ex Dieuche, de polenta. Cap. 6.

 ESCAPE='HTML'
 ESCAPE='HTML'
 ESCAPE='HTML'
 ESCAPE='HTML'

“στιγμα.'   Περὶ ἀλφίτων, ἐκ τῶν Διεύχους.
1. Ἀλφίτῳ δὲ χρήσαιτο ἄν τις, καὶ πότημα καὶ ἕψημα ποιῶν, ἢ εἰς ζωμὸν ὀρνίθειον ἐμβάλλων ζέοντα ὡς ὀπτότατον τὸ ἄλφιτον, μὴ κινῶν, ἀλλ' ἐῶν τακῆναι, ἀτρέμα χλιαίνων ἐπὶ πυρὸς ἢ ὕδατος θερμοῦ, ὥστε δίεφθον γίνεσθαι, ἢ εἰς ἄρνειον δὲ ζωμὸν καὶ εἰς ἐρίφειον μὴ παντάπασιν ἀπίμελον, καὶ εἰς δελφάκειον ἐμβάλλων, καὶ συνεψῶν τοῖς δυσεντερικοῖς. 2. Ἱκανὸν δ' εἰς τὸ τεταρτημόριον τῆς χοέως τοῦ ἀλφίτου 'τοῦ χρηστοτάτου καὶ ἁδροτάτου κοτύλαι β' γάλακτος, καὶ ὕδατος τὸ τρίτον μέρος βληθὲν, καὶ τῆς μήκωνος ὁ κώδων πεπυρωμένος ἠσυχῆ πρὸς πυρὶ ὅσον τριώβολον ὁλκῆς· μίσγων λελεασμένης σύνεψε, καὶ ῥοφήματος πάχος ποιῶν πρόσφερε τοῦτο· ἀνάπαυσίν τινα ποιεῖ τῶν ἀναστάσεων καὶ ὕπνον. 3. Χρήσαιτο δ' ἄν τις οὐ πολλάκις, ἀλλὰ τρὶς ἢ τετράκις, καὶ μάλιστα ἐπὶ τῶν ἰσχυόντων· ποιεῖ γάρ τινα ἀδυναμίαν, τά τε οὖρα σπάνια βαδίζει τοῖς ἐπὶ πλεῖον αὐτῷ χρωμένοις.4. Γίνεται δ' ἄλφιτον καὶ ἀπὸ τοῦ βρόμου· φρύγεται δὲ σὺν τῷ ἀχύρῳ πᾶν ἀποπτίσσεταί τε καὶ τρίβεται καὶ ἐρείκεται, καθάπερ καὶ τὸ κρίθινον ἄλφιτον· τοῦτο τὸ ἄλφιτον κρεῖττόν ἐστι καὶ ἀφυσότερόν τι τοῦ κριθίνου.
6. DE L'ALPHITON.
(Tiré de Dieuchès.)
(ovvero: ex Dieuche, de polenta. Cap. 6.)
1. On peut employer l'alphiton en boisson ou en bouillie, soit en le jetant, lorsqu'il est aussi fortement torréfié que possible, dans du bouillon de poulet en ébullition (dans ce cas on ne remue pas, mais on le laisse se prendre en gelée et on le fait arriver doucement à une température tiède sur le feu ou sur l'eau chaude, de façon que sa cuisson soit complète), soit dans du bouillon d'agneau ou de jeune bouc et qui n'est pas tout à fait exempt de graisse, soit dans du bouillon de cochon de lait; enfin on fait bouillir l'alphiton pour les individus affectés de dysenterie. 2. On peut, dans ce cas, se contenter d'ajouter à un quart de choée du meilleur alphiton à très gros grains deux cotyles de lait, le tiers d'eau et trois oboles de têtes de pavot légèrement torréfiées; il faut les mêler aux ingrédients triturés, faire bouillir le tout ensemble et l'administrer après qu'il a acquis la consistance d'une bouillie; il donne du repos aux malades en leur procurant une suspension des selles et du sommeil. 3. On ne doit pas se servir souvent de cette préparation, mais seulement trois ou quatre fois, car elle produit une certaine faiblesse, et les urines deviennent rares chez ceux qui en prennent beaucoup; il faut en user surtout chez les gens forts. 4. On fait aussi de l'alphiton avec l'avoine; on la torréfie tout entière avec l'enveloppe; on la monde, on la triture et on l'écrase, comme on le fait pour l'alphiton d'orge; l'alphiton d'avoine est meilleur et un peu plus exempt de flatuosités que l'alphiton d'orge.”.

ex Dieuchis commentariis, de parandis alimentis. Cap. 7.

 ESCAPE='HTML'
 ESCAPE='HTML'
 ESCAPE='HTML'
 ESCAPE='HTML'
 ESCAPE='HTML'
 ESCAPE='HTML'
 ESCAPE='HTML'
 ESCAPE='HTML'
 ESCAPE='HTML'

“ζ  Περὶ τροφῶν σκευασίας, ἐκ τῶν Διεύχους.
1. Τοῖς ἀσθενῶς κάρτα ἔχουσι καὶ μηκέτι δυναμένοις παχυτέρα Ἐκ τῶν Διεύχους,ν ὕδατος προσδέχεσθαι τροφὴν κράτιστον ἀποβρέχειν καὶ ἑψεῖν καὶ τρίβειν τὴν τροφὴν ἐν τῷ πόματι τῷ διδομένῳ· συμβαίνει γὰρ ἡμῖν τὴν ἀνάδοσιν ἀπὸ πάσης τῆς τροφῆς λεπτήν τε καὶ εἰς ἀτμὴν διαλυομένην ἀναδίδοσθαι, περιττώματά τε μὴ ὑπολείπεσθαι ἐν ταῖς κοιλίαις καὶ δι' ὅλης ἡμέρας ἀναδίδοσθαι τροφὴν ἅμα καὶ πόμα. 2. Μάλιστα δ' ἡ τοιαύτη προσφορὰ χρησίμη ἂν εἴη διδομένη οἷς συνεστήκασιν αἱ κοιλίαι καὶ μὴ ἐκταράσσονται· λεπτῆς δὲ καὶ βάρος ἐχούσης προσδέονται τροφῆς. 3. Ἀποβρέχοι μὲν οὖν ἄν τις τό τε ἄλφιτον τὸ καπυρὸν καὶ τὰς καλουμένας ἐρικίδας· πλείστην δ' ἀφιᾶσι δύναμιν οἱ ἄρτοι ὡς θερμότατοι κλασθέντες καὶ ἀποβραχέντες· ὡσαύτως δὲ καὶ ὁ πυρὸς φωχθεὶς καὶ ἐρειχθεὶς ἀποβρέχοιτο ἂν ὁμοίως. 4. Τῶν δ' ἀφεψωμένων ἔτι μᾶλλον τὸ πόμα κρεῖττον καὶ τροφιμώτερόν ἐστιν.5. Τοῖς μὲν οὖν πυρέσσουσι καὶ οἷς αἱ κρίσεις μὴ ῥᾳδίως γίνονται δεῖ τὴν κριθὴν μὴ περιπτίσσειν, ἀλλὰ πλύνοντα ἑψεῖν τῷ ὕδατι· πρότερον δὲ χλιάναντα ἀποχεῖν, καὶ ἄλλο ἐπιχέοντα ὕδωρ ἑψεῖν· ἑψοῖτο δ' ἂν καλῶς, εἰ δέκα κοτύλας ὕδατος εἰς μνᾶν τῆς κριθῆς ἐπιχέαις· ἕψεται δ' ἕως ἂν ἡ κριθὴ ῥαγῇ· εἶτ' ἀπηθήσας τὸ λεπτότατον ὕδωρ, μίσγων μέλιτι, ἢ αὐτὸ καθ' ἑαυτὸ δίδου. 6. Τοῦτο καὶ τὴν κοιλίαν εὔλυτον ποιεῖ καὶ οὐρεῖται καὶ τρέφει ἱκανῶς. 7. Δίδοται δὲ καὶ ἡ εἰς τὸ ἄλφιτον κριθὴ φρυχθεῖσα, ἣν κάχρυδα καλοῦσιν· δεῖ δὲ πρὸ τοῦ ἀλεσθῆναι αὐτὴν ἀποτρίψαι κούφως τὸ προσκεκαυμένον ἄχυρον, καὶ ἀποβρέξαντα ἑψεῖν. 8. Τὴν κοιλίαν μᾶλλον ἐφίστησιν ἐκείνου· δεῖ δ' ἐν τῷ ὕδατι ἑψεῖν, καθάπερ καὶ τὴν ὠμὴν κριθήν. 9. Ἀφεψοῖ δ' ἄν τις καὶ τὰς καλουμένας ἐρικίδας ἐν ὕδατι, ἀπεχόμενος τοῦ κινεῖν, ὅπως ὡς λεπτότατον ᾖ τὸ ἕψημα. 10. Ἀφεψοῖ δ' ἄν τις καὶ ἄρτους καταζύμους, καὶ τοὺς ξηροὺς καὶ τοὺς προσφάτους, [ καὶ] πυροὺς ὠμοὺς καὶ πεφρυγμένους, καὶ κέγχρον, καὶ σχεδὸν πᾶσαν τροφήν, ὁποίαν ἂν ὑπολαμβάνοι τῷ κάμνοντι οἰκείαν εἶναι, καὶ ἐν τῷ πόματι τῷ διδομένῳ, καὶ ἐν ζωμῷ ἀρνίων, καὶ ἐν ἄλλοις πλείοσι χυμοῖς. 11. Τὰ δ' ὑποτριβόμενα παχύτερα μὲν τῶν διαβρεγμάτων φαίνεται εἶναι καὶ τῶν ἀφεψωμένων καὶ ἰσχυρότερα, ὑποτρίβοιτο δὲ σχεδὸν πᾶσα ἡ προειρημένη τροφὴ ὡσαύτως εἰς τὰ διδόμενα πόματα. 12. Καὶ τῶν ἀκροδρύων πολλὰ καὶ [ τῶν] ὀσπρίων ἐν τροφῆς μέρει καὶ δυνάμεως πρός τινας τῶν ἀρρωστούντων καταχρῷτο ἄν τις, κόπτων καὶ τρίβων καὶ ἐγχυλίζων εἰς τὸ διδόμενον. 13. Δεῖ δὲ τοὺς μὲν ἄρτους, καὶ τοὺς ξηροὺς καὶ τοὺς προσφάτους, καὶ τὰ πόπανα βρέξαντας τρίβειν, διέντα ὕδατι,καὶ ἠθεῖν δι' ὀθονίου. 14. Μίσγοις δ' ἂν αὐτοῖς, πρὸς τὸ τὴν λευκότητα μὴ ἐμφαίνεσθαι τὴν ἀπὸ τοῦ ἄρτου, τοῦ σικύου σπέρμα φώξας, καὶ ἀμύγδαλα καὶ στροβίλους καὶ οὖα, καὶ μεθ' ἑνὸς ἑκάστου, καὶ μετά τινων ἢ πάντων, ἀνήσου τε ἢ μαράθου σπέρματος μίσγων, τοῖς μὲν οὖν πυρέσσουσιν ἐν μελικράτῳ, τοῖς δ' ἄνευ πυρετῶν οἴνου παραχέων. 15. Ἡ δὲ κέγχρος καὶ ἡ μελίνη τριβόμενα [ καὶ]  μάλιστα πεψωγμένα ἂν ἁρμόσειε περιλελεπισμένα οἷς αἱ κοιλίαι ἐκχολοῦνται, καὶ οἷς λεπταὶ καὶ πολλαὶ ὑποχωρήσεις γίνονται. 16. Δεῖ δὲ τρίβοντα διιέναι ὕδατι μὴ ἔλασσον ὀξυβάφου τῷ ἀνδρί, εἰς δέκα ὕδατος ὀξύβαφα, καὶ ἐκχυλίσας διὰ πυκνοῦ ὀθονίου, ἐν κοτύλῃ ὕδατος ἐπιχέων οἴνου αὐστηροῦ τὸ μέτριον, πρόσφερε νήστει. 17. Ἁρμόσει δ' ὑποτρίβειν τῇ κέγχρῳ τὰ Εὐβοϊκὰ κάρυα σὺν τῷ λέμματι τῷ ἐντὸς μὴ πολλά, καὶ συνεκχυλιζόμενα μετὰ τῆς κέγχρου ῥόφημα γένοιτο ἂν τοῖς πυρέσσουσιν. 18. Ἀσθενέστατον μὲν πάντων τὸ ἀπὸ τῆς κάχρυδος· δεῖ δ' αὐτῆς ὅσον ἡμιχοινίκιον ἐν ἓξ κοτύλαις ὕδατος· ἐὰν δὲ δίεφθος ᾖ, τορυνᾶν κρεῖττον κατὰ τὴν πτισάνην καὶ ἀποχυλίζειν. 19. Τοῦτο καὶ τὴν κοιλίαν ἧσσον ἂν καταφέροι τῆς πτισάνης, ὅ τε χυλὸς λεπτότερος γίνεται. 20. Βόρμος δέ, οἱ δὲ βρόμον καλοῦσιν, εὐπεπτότατον πάντων τῶν ὀσπρίων, καὶ τὸ ῥόφημα κάλλιστόν ἐστιν, ἰσχυρότερον δ' ἢ τὸ ἀπὸ τῆς κάχρυδος, τῆς δὲ πτισάνης ἀσθενέστερος καὶ ἡδίων· ἕψεται δὲ τὸν αὐτὸν τρόπον τῇ πτισάνῃ κοτύλην ἐν ὕδατος κοτύλαις δέκα. 21. Τὸ δ' ἀπὸ τοῦ φακοῦ ῥόφημα ποιεῖν ἄφωκτον περιπτίσσοντα, τέφρας ὡς λεπτοτάτης ἐλατίνης μεμιγμένης διπλασίας ἢ ὁ φακός ἐστιν· κούφως δὲ χρὴ παίειν, ἔστε ἂν καλῶς περιαχυρισθῇ καὶ σῆσαι λεπτῷ κοσκίνῳ, καὶ ἡ μὲν τέφρα κάτω ἔσται· τὸν δὲ φακὸν πλεονάκις πλύνοντα ἑψεῖν, ἀνήθου τι ὑποθέντα ἢ γλήχωνος ἀνέλαιον· τὸν δ' ἅλα μέτριον ἐμβάλλειν, καὶ ὀξείδιον βραχὺ ἐπιχεῖν, ὅταν δίεφθος ᾖ· τοῖς δ' ἀπυρέτοις, καὶ οἷς ἡ κοιλία καταφερής, οἴνου ἀντὶ τοῦ ὄξους μίσγειν εὐωδεστάτου κύαθον. 22. Βοηθοῖεν δ' ἂν τῇ κοιλίᾳ καὶ ἄπιοι καὶ μῆλα τὰ κυδώνια τμηθέντα καὶ συνεψώμενα τῇ φακῇ ἄνευ οἴνου καὶ ὄξους· ἕψοιτο δ' ἂν ἡ κοτύλη τῶν φακῶν ἐν ἑπτὰ κοτύλαις ὕδατος. 23. Χρήσαιο δ' ἂν πρός τινας, ὧν δεῖ τὴν κοιλίαν ἐξυγραίνειν, τῶν νέων τεύτλων ἄκρα τὰ πέταλα συγκαθεψῶν, ἢ μαλάχην, ἢ σίκυον, ἢ κολοκύντης, λεπτὰ κατατεμών. 24. Ἀμυλίῳ δὲ χρήσαιο ἄν, ὧν ἐν τῷ πυρέσσειν αἱ κοιλίαι καταφέρονται· μίσγοις δ' ἂν αὐτοῦ καὶ εἰς τὸν φακὸν πρὸς τὰς κοιλίας· χρήσαιο δ' ἂν αὐτῷ καὶ ἐν γάλακτι, πρὸς τὸ ὕδωρ μίσγων, καὶ αὐτῷ καθ' ἑαυτό· μᾶλλον δ' ἂν ἁρμόσειε δυσεντερικοῖς καὶ βηχώδεσι καταρροϊκοῖς· ἑψοῖς δ' ἂν τε δέκα δραχμὰς ἐν κοτύλαις δ ὑγροῦ. 25. Κέγχρος δ' ἥκιστα μὲν ἁρμόζει τοῖς πυρέσσουσιν· οὐ μὴν ἀλλὰ τοῖς γε κατὰ κοιλίαν ἐνοχλουμένοις εὐαρμοστεῖ μάλιστα· ἑψοῖς δ' ἂν τὸ ὀξύβαφον ἐν δέκα ὀξυβάφοις ὕδατος· δεῖ δὲ τρίψαντα ἐν θυίᾳ παραχεῖν τοῦ ὕδατος τὰ μέτρα τὰ γεγραμμένα, καὶ διέντα καὶ ἠθήσαντα ἐν τῷ ὕδατι οὕτως ἑψεῖν, ἀνήθου καὶ ἁλὸς μικρὸν ἐμβάλλοντα. 26. Μίσγοις δ' ἂν τοῦ κέγχρου τὸ ἤθημα καὶ εἰς φακὴν, καὶ εἰς πτισάνην, καὶ εἰς πᾶν ῥόφημα ἀντὶ τοῦ ἐλαίου, πλὴν εἰς φακήν, τὸ τοῦ σικύου σπέρμα ὠμόν. 27. Καὶ διηθῶν μίσγε τῇ πτισάνῃ καὶ τοῖς λοιποῖς ἑψήμασιν ἢ τοῦ κώνου τὸ κάρυον, ὃ καλοῦσι στρόβιλον, ἢ τὰ Ποντικὰ ἢ τὰ Θάσια κάρυα, μάλιστα δ' οἷς ἀντὶ γάλακτος βούλοιο τὴν μῖξιν ποιεῖσθαι. 28. Τοῖς βηχώδεσι δ' ἂν ἁρμόσῃς μάλιστα, τῶν ἀμυγδάλων ὑποτρίψας εἰς τὰ ῥοφήματα· τοῖς δὲ κατὰ κοιλίαν ἐνοχλουμένοις ἀντὶ τοῦ ἐλαίου ὑποτρίβειν τὴν λευκὴν μήκωνα, ἡσυχῇ φώξαντα σὺν τῷ ἐλύτρῳ καὶ ἐκχυλίσαντα εἰς τὸ ἕψημα· συνεργεῖ καὶ πρὸς τοὺς ὕπνους. 29. Ὑποτρίβειν δὲ δεῖ πρὸς τὰς κοιλίας καὶ τὰ Εὐβοϊκὰ κάρυα, ἃ καλοῦσι Σαρδιανά, σὺν τῷ ἐντὸς λέμματι τῷ ὄντι σὺν τῷ καρύῳ· τρίψας ἐκχύλιζε εἰς τὸ ὕδωρ τῆς μήκωνος. 30. Ἑψοῖς δ' ἂν καὶ σεμίδαλιν τεταρτημόριον αὐτῆς ἐν δέκα κοτύλαις ὕδατος μετ' ἐλαίου μετρίου καὶ ἀνήθου, προπλύνας τὴν σεμίδαλιν· ὁμοίως δὲ καὶ τὸν χόνδρον, εἰ θέλοις ῥόφημα ποιεῖν. 31. Ἑψοῖς δ' ἂν, καὶ γάλα μίσγων, ἤδη κατέφθων ὄντων τῶν ἑψημάτων, θερμὸν ἐπιχέων καὶ μὴ πολὺν χρόνον συνεψῶν· δεῖ δὲ τὸν χόνδρον προβρέχειν ἐν ὕδατι, εἶθ' οὕτως μίσγειν τὸ τέταρτον μέρος τῆς χοίνικος, ἑκατέρου δ' αὐτῶν πρὸς τὰς ἑπτὰ κοτύλας τοῦ γάλακτος δύο· μαλακῶς δ' ἑψεῖν ἐπ' ἀνθράκων, μιγνύων καὶ διὰ χειρὸς ἔχων τοῦ μὴ διακαῆναι. 32. Μίσγοις δ' ἂν καὶ πρὸς πᾶν ἕψημα γάλακτος. 33. Τὸ δὲ πόπανον, ὅ τινες ἴτριον καλοῦσιν, ἀλυπότερον ἔσται, εἰ κόψας λεπτὸν ποιήσαις ὑποτρίβων ἢ τῶν ἀμυγδάλων ἢ σικύου σπέρμα· εἰ δὲ μή, ὡς εἰώθασι, μετ' ἐλαίου καὶ ἀνήθου ἑψεῖν. 34. Χρῷτο δ' ἄν τις αὐτῷ πρὸς τὰς κοιλίας, καὶ αὐτῷ καθ' ἑαυτὸ, καὶ πρὸς τὸν φακὸν μίσγων· τοῖς δὲ πυρέσσουσι πρόσαρμα πάντων ἀχρειότατον. 35. Καλῶς δ' αὐτὸ ἑψοῦσι καὶ οἱ ἐν τοῖς ὀρνιθείοις ζωμοῖς καὶ ἀρνείοις ἑψῶντες· ἐν πλείονί τε γὰρ ζωμῷ ἑψοῦσι, καὶ ἐν χύτραις, οὐχ ἁπτόμενοι, οὐδὲ κινοῦντες, ὥστε συμβαίνει οὕτω μάλιστα τήκεσθαι καὶ δίεφθα γίνεσθαι. 36. Ὁ δὲ ξηρὸς ἄρτος ἕψημα κουφότατον· δεῖ δὲ τοῖς μὲν πυρέττουσι χλιάναντα εἰς πῦρ καὶ προβρέξαντα τρίβειν λεῖον, καὶ ὅσον δέκα δραχμὰς ἐν δυσὶ κοτύλαις ἑψεῖν, ῥοφήματος τὸ πάχος ποιοῦντας· ὑποτρίβειν δ' αὐτῷ ἢ τὸ τῶν ἀμυγδάλων ἢ τὸ τοῦ σικύου σπέρμα. 37. Τοῖς δὲ μὴ πυρέσσουσι, κόπτων τὸ μέγεθος σεμιδάλεως ἢ χόνδρου, ὀλίγον χρόνον προβρέξας, ἀποχέας τὸ ὕδωρ, τὰς δέκα δραχμὰς ἐν τρισὶν ἡμικοτυλίοις ἑψεῖν· ὑποτρίβοντά τι τῶν εἰρημένων καὶ ποιοῦντα χόνδρου τὸ πάχος, προσφέρειν μετὰ μέλιτος, ἢ ὡς ἥδεται ὁ κάμνων. 38. Χρήσαιτο δ' ἄν τις καὶ πρὸς τὰς κοιλίας τὰς ἀπεπτούσας, καὶ τοῖς φυσώδεσι καὶ οἷς ἐξυγραίνονται, καὶ αὐτῷ καθ' ἑαυτὸ, καὶ μετὰ φακοῦ, καὶ πρὸς τὰς συνεστηκυίας κοιλίας [ἐν] ζωμῷ ὀρνίθων, μείζονι τοῦ ὄγκου, καταβρέχων ἢ ἑψῶν.”
7. DE LA PRÉPARATION DES ALIMENTS.
(Tiré de Dieuchès.)
(ovvero: ex Dieuchis commentariis, de parandis alimentis. Cap. 7.)
“1. Pour les gens très faibles et qui ne peuvent pas encore supporter des aliments plus épais que l'eau, le mieux est de faire macérer ou bouillir ou de triturer les aliments dans la boisson qu'on leur destine; car de ce mode d'administration il résulte qu'une partie de tous les aliments atténuée et réduite en vapeur se distribue dans le corps, qu'il ne reste de matière excrémentitielle ni dans le ventre inférieur, ni dans le supérieur, enfin que, pendant tout le cours de la journée, la boisson et l'aliment se distribuent simultanément dans le corps. 2. Cette manière de donner de la nourriture conviendra surtout aux gens chez qui le ventre est resserré et n'est point dérangé ; car ils ont besoin d'une nourriture à la fois pesante et ténue. 3. On peut donc faire macérer l'alphiton desséché et le mets appelé éricides; mais le pain mis en morceaux aussi chaud que possible et macéré est la préparation qui a la plus grande efficacité; on pourra également faire macérer de la même manière du froment torréfié et écrasé. 4. Cependant les boissons [alimentaires] obtenues par la décoction sont encore meilleures et nourrissent encore plus. 5. Pour ceux donc qui ont la fièvre et chez qui les crises ne se font pas facilement, il ne faut pas monder l'orge, mais la faire bouillir dans de l'eau après l'avoir lavée; on élèvera d'abord l'eau à une température tiède, puis on jettera cette première eau pour verser dessus une nouvelle quantité, dans laquelle on fait bouillir l'orge ; la décoction sera bonne, si on verse dix cotyles d'eau sur une mine d'orge on fait bouillir jusqu'à ce que l'orge crève ; ensuite on décante la partie la plus ténue de l'eau et on la donne soit seule, soit mêlée à du miel. 6. Cette boisson facilite les déjections alvines, pousse aux urines et nourrit fortement. 7. On donne encore l'orge changée par la torréfaction en alphiton, appelée aussi cachrys; avant de moudre cette orge torréfiée, on ôtera avec légèreté la glume brûlée, qui y est restée attachée, et on fera bouillir l'orge après l'avoir fait macérer. 8. Cette boisson resserre le ventre plus que celle dont nous avons parlé en premier lieu; on doit la faire bouillir dans de l'eau ainsi que l'orge crue. 9. On peut aussi faire bouillir dans de l'eau ce qu'on appelle éricides, en s'abstenant de remuer, afin que la décoction soit aussi claire que possible. 10. On pourra aussi faire bouillir du pain fermenté sec ou frais, du froment cru ou torréfié, du petit millet et presque tous les aliments qu'on supposera convenir au malade, soit dans la boisson qu'on lui donne, soit dans le bouillon d'agneau et dans plusieurs autres bouillons. 11. Les boissons alimentaires obtenues par la trituration sont plus épaisses et plus actives que celles qu'on obtient par la macération ou la décoction; on peut triturer aussi dans la boisson du malade presque tous les aliments dont nous venons de parler.12. Il y a, en outre, plusieurs fruits d'arbre et plusieurs graines farineuses, dont on peut se servir, chez certains malades, à titre de nourriture ou pour ranimer les forces, en les pilant, les triturant, et les passant pour les mêler à la boisson qu'on doit administrer. 13. Il faut triturer les pains, soit secs, soit frais, et les popana, en les délayant dans de l'eau après les avoir fait macérer; on doit ensuite les passer à travers un linge. 14. Afin que la blancheur du pain ne se trahisse pas, on peut mêler à cette préparation des graines de concombre torréfiées, des amandes, des pignons ou des sorbes; on ajoute à chacun de ces ingrédients, ou à plusieurs, ou à tous à la fois, de la graine d'aneth ou de fenouil ; on donne le tout dans de l'eau miellée aux fébricitants, dans de l'eau miellée et dans du vin à ceux qui ne le sont pas. 15. Le petit millet et le grand millet triturés conviendront, surtout quand ils sont torréfiés et mondés, à ceux dont le ventre est surchargé de bile et qui ont des déjections nombreuses et ténues. 16. On triture et on délaye en même temps dans de l'eau une quantité qui ne soit pas moindre d'un oxybaphe dans dix oxybaphes d'eau pour chaque malade; on passe à travers un linge serré et on ajoute à un cotyle d'eau une quantité moyenne de vin âpre pour le donner à jeun. 17. Il conviendra de triturer avec le petit millet des châtaignes en petit nombre avec leur écorce intérieure; en passant les châtaignes à travers un tamis conjointement avec le petit millet, on obtiendra une bouillie pour les fébricitants. 18. La plus faible de toutes les bouillies qu'on puisse donner est celle qu'on fait avec l'orge torréfiée; on prend un demi-chénice d'orge pour six cotyles d'eau; quand la bouillie est complètement cuite, il convient de la remuer comme on fait pour l'orge mondée et de la passer. 19. Ainsi préparée, cette bouillie fait moins aller à la selle que celle d'orge mondée, et elle est plus claire. 20. Le bormos, que quelques uns appellent bramas (avoine), est, de toutes les graines farineuses, la plus facile à digérer; la bouillie qu'on en fait est la meilleure; elle est plus forte que celle d'orge torréfiée, et plus faible, mais plus agréable que celle d'orge mondée ; on la fait bouillir de la même manière que l'orge mondée, dans la proportion d'un cotyle d'avoine pour dix cotyles d'eau. 21. On prépare la bouillie de lentilles après avoir ôté leur écorce sans les torréfier ; dans ce but, on mêle aux lentilles une quantité double de cendre très fine de bois de sapin, puis on frappe doucement jusqu'à ce que l'écorce soit bien enlevée; on secoue ensuite le tout sur un crible fin et la cendre va au fond; quant aux lentilles, on les fait bouillir après les avoir lavées plusieurs fois, en y ajoutant un peu d'aneth ou de pouliot sans huile; on y mettra une quantité moyenne de sel et on versera dessus un peu de vinaigre, quand la bouillie est complètement cuite; chez les malades qui n'ont pas de fièvre, et chez ceux qui ont de la tendance à la diarrhée, on y ajoute, au lieu de vinaigre, un cyathe de vin très odoriférant.22. On soulagera aussi le ventre en faisant bouillir conjointement avec les lentilles des poires ou des coings coupés par morceaux sans y mettre du vin ou du vinaigre; on fera bouillir un cotyle de lentilles dans sept cotyles d'eau. 23. Chez certains malades, dont il faut rendre les selles liquides, on peut employer la bouillie de lentilles en faisant bouillir avec elle les feuilles du sommet des jeunes pieds de bette ou de la mauve, ou du concombre ou de la courge, coupés par petits morceaux. 24. On emploiera l'amidon chez ceux qui sont atteints de dévoiement pendant la fièvre ; on peut en mêler aussi aux lentilles pour resserrer le ventre; on peut s'en servir également avec du lait, soit qu'on coupe ce liquide avec de l'eau, soit qu'on l'emploie seul; cette préparation convient encore mieux à ceux qui ont la dysenterie ou un catarrhe accompagné de toux; on fera bouillir dix drachmes d'amidon dans quatre cotyles de liquide. 25. Le petit millet convient très peu aux fébricitants, il est vrai, mais parfaitement bien à ceux qui sont incommodés du côté du ventre; on fera bouillir un oxybaphe de petit millet dans dix oxyhaphes d'eau ; on le triturera dans un mortier en versant dessus la quantité susdite d'eau; après l'avoir délayé et passé au tamis, on fait bouillir, en y mettant un peu d'aneth et de sel. 26. On mêlera la bouillie de petit millet passée au tamis à celle de lentilles et à celle d'orge mondée; de même on peut mettre dans une bouillie quelconque, excepté dans celle de lentilles, des graines de concombre crues au lieu d'huile. 27. Mêlez aussi soit la noix de pomme de pin appelée strobile, soit des noisettes ou des amandes après les avoir tamisées, à la ptisane et aux autres bouillies, mais surtout aux bouillies auxquelles vous voudriez ajouter quelque chose qui tienne lieu de lait. 28. Vous approprierez le mieux les bouillies à l'usage des gens qui toussent en y triturant des amandes; mais, pour ceux qui sont incommodés du côté du ventre, il faut, au lieu d'y mettre de l'huile, y triturer du pavot blanc torréfié légèrement avec son enveloppe, et dont on exprime le suc dans la bouillie; cela contribue aussi à faire dormir. 29. Pour resserrer le ventre, il faut triturer [dans les bouillies] les noix d'Eubée appelées aussi noix de Sardes (châtaignes) avec l'écorce interne qui touche à la noix; après les avoir triturées, on doit y ajouter en passant au tamis l'eau de pavot. 30. On peut aussi faire bouillir un quart [de mine ?] de sémidale dans dix cotyles d'eau avec une quantité modérée d'huile et d'aneth, après avoir lavé auparavant la sémidale; on traitera de la même manière l'alica, si on veut en faire une bouillie. 31. Faites aussi bouillir de la sémidale ou de l'alica, en y mêlant du lait, quand la bouillie est déjà complètement cuite; mais il importe que le lait qu'on verse dedans soit chaud et qu'il ne bouille pas longtemps avec ces ingrédients; on doit auparavant faire macérer l'alica dans de l'eau ; ensuite on y mêle le quart d'une chénice [de lait]; de chacun de ces deux ingrédients on met deux cotyles dans sept cotyles de lait; il faut faire cuire doucement ces bouillies sur des charbons, en les remuant et en tenant le vase dans la main, afin que la bouillie ne brûle pas. 32. On peut aussi mêler du lait à toute espèce de bouillie. 33. Le popanon, que quelques-uns appellent itrion, présentera les conditions les moins défavorables, si, après l'avoir pilé et réduit en poudre, on y triture des amandes ou des graines de concombre; sinon, il faut le faire bouillir avec de l'huile et de l'aneth, comme c'est la coutume. 34. On peut l'employer aussi pour resserrer le ventre, soit seul, soit mêlé aux lentilles; mais, pour les fébricitants, c'est ce qu'on peut donner de moins convenable. 35. Ceux qui le font bouillir dans du bouillon de poulet ou d'agneau s'y prennent comme il faut, car ils le font bouillir dans une grande quantité de bouillon et dans des pots de terre cuite, en n'y touchant pas, en ne remuant même pas, parce que de cette manière on parvient le plus facilement à le faire ramollir et à le pousser à un degré complet de cuisson. 36. Le pain sec est une bouillie très légère; pour les fébricitants on doit le réduire en poudre par la trituration, après l'avoir fait parvenir à une température tiède au feu et après l'avoir préalablement fait macérer; il faut en faire bouillir dix drachmes dans deux cotyles et lui faire acquérir l'épaisseur d'une bouillie; on triturera dans cette bouillie des amandes ou des graines de concombre. 37. Pour ceux qui n'ont pas de fièvre, il faut, en le pilant, rendre le pain aussi menu que la sémidale ou l'alica, ensuite le faire macérer préalablement pendant quelque temps, jeter l'eau et faire bouillir dix drachmes avec un cotyle et demi; après y avoir trituré quelqu'un des ingrédients susdits et lui avoir donné l'épaisseur de la bouillie d'alica, on l'administre avec du miel ou comme cela est agréable au malade. 38. On peut encore l'employer, soit seul, soit avec des lentilles, quand l'estomac ne digère pas et quand on est incommodé de flatuosités ou quand on a des selles liquides; on le donnera aussi en morceaux plus gros contre la constipation dans du bouillon de poulet, en le faisant macérer ou bouillir.”.

Alcune sue opere in greco - insieme a quelle di altri autori greci quali (in ordine meramente alfabetico) Antillo, Ateneo, Diocle, Dioscoride, Eraclide, Filotimo, Galeno, Ippocrate, Mnesiteo di Atene, Oribasio, Rufo (d’Efeso) e Senocrate - furono tradotte in lingua siriaca. Di esse ad oggi rimangono solo pochissimi frammenti, citati nei manoscritti siriaci su “Le differenti specie di erbe, piante ed animali ed il loro valore medicinale o nutritivo” (syr. 594, ff. 58b-150a) e su “La terapeutica” - quest’ultimo rintracciabile nella prima parte del manoscritto 594 - conservati presso la Selly Oak Colleges Library di Birmingham (Coll. Mingana 594 e 661).